Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Le coin gourmand’ Category

Charmante assemblée, les producteurs de vins français en Argentine s’étaient réunis sous l’égide et le toit de l’Ambassade de France à Buenos Aires pour nous faire déguster le meilleur de leur production commercialisée sur internet par l’excellent site La Cave à Vin.
Une expérience qui me laissa sur une interrogation : Ai-je perdu mon palais moi qui, tout jeune, accompagné de mon grand-père, commençai très tôt les dégustations dans des caves mal éclairées, humides, mais dont les maîtres de chais étaient considérés comme les derniers des alchimistes, qui s’émerveillaient encore de leurs subtiles et inattendues réussites tout comme ils pouvaient aussi pester selon les années, contre le temps, le soleil et la pluie ?
Le nez, peut-être, ou bien les éprouvettes, de Michel Rolland y tenait une présence pesante.
Que de tanin ! Combien de barriques neuves de chênes français et américains sont-elles nécessaires aujourd’hui pour que, de la Californie à l’Afrique du Sud, en passant bien sûr par Buenos Aires, une certaine uniformisation des goûts soit si évidente ?
La parkérisation de la production mondiale viticole est plus que jamais en route, Parker en est le dieu, Michel Rolland son prophète, ou bien l’inverse, la culture, l’histoire, le terroir, l’amour ont disparu de la bible qu’ils diffusent dans toutes les régions du monde.
Ce moment de mauvaise humeur passé, que les adeptes de la mondialisation et de la mcdonaldisation des produits du terroir veuillent bien m’en excuser, personne n’est parfait, et moi moins que tout autre, tout cela fut quand même une grande réussite, un accueil charmant, des explications et des présentations de produits parfaites. De bons et d’excellents vins, je puis vous l’assurer.
Une recommandation : Les Caves « Jean Bousquet », tous ses vins sont élaborés à partir de fruits quasiment sauvages et parfaitement naturels, car Jean Bousquet refuse les engrais chimiques et les herbicides. La différence est sensible, j’ai particulièrement apprécié le Santa Bax Extra brut Rosé Chardonnay Pinot Noir, un vin mousseux bien meilleur que certains de nos champagnes ordinaires et son Grande Reserve Malbec. Les deux aux alentours de 10Euros. Essayez-les, vous ne serez pas déçus.

Read Full Post »

Je viens de goûter un Barrandica (Cab. Sauv. / Merlot / Malbec) 2007.
Tout à fait remarquable.
Des fruits rouges accentués sur la framboise, chocolat, vanille, épices.
Suffisamment long en bouche. N’oubliez pas de le décanter à l’avance.
Il est en vente sur le site de la Cave à Vin de RünKün.

Read Full Post »

Elle se trouve ici.

Une très bonne sélection de vins argentins, généralement de producteurs français installés en Argentine.
Excellents choix, bons prix et des remises. Livraison à domicile.
Aucun problème pour dire que ce sont des gens sérieux et en plus ce sont des copains.
Faites aussi un tour sur le site, foie gras, etc.…

Read Full Post »

Ça ne s’invente pas, le patron s’appelle Piccolo Positano. Il est italien et cela fait plus de 30 ans qu’on le connaît dans le quartier, dans la rue Rodriguez Peña sur la Recoleta.
Piccolo, c’est pas un rigolo, c’est lui qui a la boutique avec les meilleurs légumes de la rue, et puis aussi une autre boutique avec d’excellentes charcuteries.
Pour ce qui est du poiscaille, on n’était pas gâtés, c’est le moins qu’on puisse dire. La poissonnerie de la rue, comme 90 % des poissonneries de Buenos Aires, sentait l’ammoniac et la pute pas fraîche, un vrai bonheur.
Piccolo, c’est un rital, un bosseur, il a commencé avec sa bite et son couteau en 1971, et il a toujours cette envie d’en faire plus, de bien le faire. Bref, on l’apprécie par ici.
Il vient donc d’ouvrir sa poissonnerie, juste en face de l’autre. Pile en face !
Hier soir j’y suis entré pour la troisième fois en une semaine. Un barbu (je sais, on dit aussi une barbue), entier, les yeux brillants !
— 1,2 kilo ! Je t’enlève la peau ?
Il sait y faire Piccolo, en deux temps et trois mouvements c’était réglé.
J’ai fait ça au four sur une grille, un peu de citron, de l’huile d’olive. Basta.
Quand c’est bon et frais, pas besoin de sauce à la con.
Bien entendu, ce n’est pas la criée de La Turballe. Il a voyagé dans la glace le poisson. Un peu aqueux, et au four et sur la grille ça résout le problème. Mais quel progrès !

Piccolo Positano
Rodriguez Peña 1535
tel 4813-6408

Read Full Post »

Juste pour Monsieur Morales, un poulet aux hormones, pour la déviance sexuelle, et puis du coca-cola qui selon lui est le meilleur produit pour déboucher les WC.

INGREDIENTS

Pour 2 personnes

  • – 2 cuisses de poulet (aux hormones bien entendu)
  • – 15 cl de Coca-Cola
  • – 1 citron
  • – 1 cuillère à soupe de vinaigre balsamique
  • – 1 cuillère à café de vinaigre blanc
  • – fleur de sel
  • – huile d’olive

PREPARATION

1/ Presser le citron et verser le jus sur le poulet.
Couvrir de film protecteur et laisser mariner au frais durant 3 heures.

2/ Préchauffer le four à 180°C.
Disposer le poulet, peau au dessus, dans un plat huilé et verser le jus de citron (la marinade) avec le même volume d’eau, saupoudrer de fleur de sel.
Enfourner 30 minutes en arrosant de marinade.
Arroser de coca cola pendant le temps de cuisson restante : la sauce doit être sirupeuse.

3/ Lorsque le poulet est couleur caramel, dresser les assiettes : disposer le poulet et la sauce préalablement déglacée avec les 2 vinaigres en grattant le plat. Saucer le poulet et servir bien chaud accompagné de frites (MacCain les préférées d’Evo ou de légumes au choix.

Après la digestion enfilez votre tenue de drag queen.

    Read Full Post »

    Read Full Post »

    C’est à 100 mètres de la maison, je me régale.
    Adresse exacte : Montevideo 1567.

    Read Full Post »

    Older Posts »