Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘insécurité’

Le silence des agneaux

De moins en moins en Argentine. L’insécurité telle qu’elle est vécue par les Argentins devient un motif de manifestation.
Il faut dire que le chemin de croix ne s’arrête pas après l’agression. Un ami m’a relaté l’expérience que son épouse et sa famille avaient récemment vécue.
Tout d’abord ce qu’on appelle ici un enlèvement express. Femme et belle-mère kidnappées par une bande qui depuis des mois terrorisait le quartier. En voiture Simone, on passe d’abord vider les comptes en banque avec les cartes de crédit, puis on on vide les deux petits commerces qu’elles tenaient, enfin on dévalise leurs maisons de tous ses équipements et bijoux. Tout cela avec les brutalités et menaces que vous pouvez imaginer.
Police absente ou fermant les yeux, on ne le saura jamais précisément.
Quelques mois plus tard, la bande est arrêtée. Plus de 90 vols et enlèvements cela commençait à faire désordre.
Le juge d’instruction appelle alors les victimes et leur tient ce langage :
«Vous allez être appelées à témoigner. Je ne vous cache pas que cela peut-être très dangereux pour vous. Il risque d’y avoir des actes de vengeance. Vous allez être insultées par les familles des délinquants lors de votre arrivée au tribunal. Ne vous laissez pas photographier. Essayez toujours d’être de profil, faites attention à ce qu’on ne vous suive pas.»
Passons sur le reste, on leur décrivait un autre cauchemar à venir.
On les fit ensuite reconnaître les objets leur appartenant, les bijoux n’avaient pas été vendus. Ils furent placés dans une grande boîte, sous scellés.
Bien entendu, et on vraiment l’impression que c’était l’objectif du juge, elles ne se présentèrent pas pour témoigner. D’autres, plus courageux ou plus téméraires, le firent et nos délinquants furent condamnés.
Quelques mois après, plutôt un ou deux ans après, elles furent convoquées au tribunal pour récupérer leurs biens. Mais lorsqu’on ouvrit la boîte, il ne restait que deux bijoux sans valeur. Devant le geste d’impuissance du fonctionnaire de service, elles rentrèrent chez elles.
C’est qu’en Argentine il semble bien qu’il y ait autant de voleurs dans les commissariats et les tribunaux que dans la rue.

Publicités

Read Full Post »