Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Hudge Funds’

Qui sont les responsables de cette crise institutionnelle qui fait couler beaucoup d’encre ? D’après Cristina ce sont, et pas forcément dans cet ordre, La Nacion, Clarin, Redrado, le Vice-Président et l’opposition qui sont tous vendus aux hedge funds qui viennent d’obtenir une saisie conservatoire sur un compte de la banque centrale à New York.
Les hedge funds appelés ici les fonds vautour.
En fait si Cristina n’avait pas décidé de créer un fonds du bicentenaire pour y placer quelques milliards destinés à payer ceux qui n’ont pas adhéré à la renégociation de la dette, cesdits vautours n’auraient pas eu d’arguments pour procéder de cette manière.
Monsieur le juge, monsieur le juge, ont-ils dit, l’Argentine rouvre les portes d’une renégociation et met de l’argent de côté, nous ne voulons pas être oubliés dans cette opération, patati, patata…
C’est bien cette mesure qui avait ému fortement Redrado et qui a valu son limogeage.
Je me posais la question de savoir qu’est-ce qu’un vautour pour un pays ?
Par exemple, ce pourrait être une personne qui achète à vil prix des terrains fiscaux, auxquels personne si ce n’est lui et ses copains ne peut avoir accès, et les revend 30 fois le prix dans les mois qui suivent.
Comme les Kirchner l’ont fait dans le Sud, me direz-vous ?
Oui, sauf que le vautour argentin est un animal protégé, faut pas tout mélanger.

À propos de vautour, j’ai rencontré une vieille connaissance, ex-haut fonctionnaire à la banque centrale et aujourd’hui chargé de l’engineering financier d’une banque locale qui gère, entre autres, les grosses entreprises de génie civil chargées des contrats locaux pour la construction de routes et d’autoroutes. Les commissions et rétro commissions sont de l’ordre de 50 % m’a-t-il confirmé.
Encore des vautours locaux !

Ce qui m’a fait immédiatement penser à cet ami argentin qui travaille pour une société brésilienne désirant vendre du matériel à PDVSA au Venezuela. À moins de 40% de bakchich, rien à espérer du côté de l’industrie pétrolière vénézuélienne.
La bolibourgeoisie ne se mouche pas avec les doigts non plus.

Bon, ben on n’est pas sorti de la merde les enfants !

Publicités

Read Full Post »